Je reviendrai au Portugal

Porto Douro
Avant mon séjour à Porto en décembre dernier, je n’avais pour ainsi dire jamais entendu parler du Portugal. Je n’avais jamais vu aucun reportage, jamais lu aucun livre ou magazine sur ce pays. Quand on me disait « Portugal », mon cerveau affichait machinalement le drapeau du pays et le nom de sa capitale, Lisbonne. C’est tout. Aucune image, aucun paysage, aucune saveur, aucun aspect de la culture et des coutumes locales, aucune musique,…
Alors que mon départ vers les Etats-Unis (où j’ai vécu un an comme étudiante d’échange) se faisait avec l’idée de remettre en question certains stéréotypes, ici, je n’avais justement aucun à priori sur le Portugal. Ni positif, ni négatif. Juste quelques retours de voyageurs qui déclaraient à la quasi-unanimité qu’à Porto, il n’y avait pas grand-chose à voir, qu’une journée suffisait pour en faire le tour, et que Lisbonne était nettement plus intéressante, surtout pour un premier voyage au Portugal.
Ayant prévu de passer 4 jours à Porto, j’avais alors presque peur de m’y ennuyer… Si j’avais su !

Porto Azulejos

Porto Tram

J’y serais bien restée quelques semaines de plus !

La ville en elle-même est un plaisir pour les yeux. Elle ne présente peut-être pas de « gros » monuments exceptionnels, mais grâce à son relief très marqué, j’ai pu découvrir de nombreux points de vue où je restais parfois de longues minutes à contempler, en silence, le panorama qui s’offrait à moi. Les maisons traditionnelles avec leurs balcons en fer forgé, les façades en azulejos, le Pont Dom-Luis, la côte Atlantique avec ses vagues qui viennent s’écraser sur les rochers,… Autant d’images qui sont restées dans ma mémoire et me donnent envie de mieux connaître ce pays qui m’a réellement séduite.
Moi qui suis née dans une région où le ciel est gris une bonne partie de l’année, et où l’architecture est bien souvent tout aussi grise, le fait de me retrouver au milieu de façades colorées, baignées par la lumière du soleil, me procure immédiatement un sentiment de bonheur intense. C’est comme une drogue, mais en mieux.

Porto view

Porto Azulejos

IMG_5103

Porto mer

La période où j’y suis allée (mi-décembre) a probablement aussi joué un rôle. Il faisait extraordinairement calme. Même dans les endroits les plus touristiques, il y avait pratiquement autant de locaux que de vacanciers. Et à plusieurs reprises, j’ai pu me retrouver complètement seule dans d’étroites ruelles.
Le calme est probablement ce qui m’a le plus manqué pendant mon tour d’Europe. J’ai visité des villes magnifiques, mais parfois très touristiques, et très fréquentées pendant l’été. Je ne vais me plaindre de la présence de touristes puisque j’en fais moi-même partie, mais j’ai parfois du mal à apprécier une jolie vue quand une centaine de touristes, souvent bruyants et pas toujours respectueux, dégainent leur appareil photo et se plantent en plein milieu du décor avant de prendre une dizaine de poses différentes.

Porto

À Porto, j’ai trouvé qu’il régnait une ambiance particulière : chaleureuse, accueillante, rassurante. J’ai l’habitude d’être très prudente quand je voyage, et j’essaye toujours de ne pas sortir seule quand il fait noir, mais comme la nuit tombait à 16h30, je n’avais pas trop le choix ! Et pas une seule fois je ne me suis sentie en danger. Je ne veux pas paraître insouciante et « bisounours », mais je me suis rarement sentie autant en sécurité. Et visiblement, mon impression était correcte, puisqu’un portugais avec qui j’ai passé ma dernière soirée m’a confirmé que Porto était une ville extrêmement sûre !

Porto Douro

« Porto, même quand il fait moche, c’est beau »

Enfin, si j’ai tellement apprécié ce premier – et bien trop court – séjour au Portugal, c’est avant tout grâce aux Portugais.
De toute ma vie, de tous mes voyages aux quatre coins de l’Europe et des États-Unis, je n’avais encore jamais rencontré de gens aussi accueillants, généreux et bienveillants.
Je sais que le fait que je sois en fauteuil roulant, et que je voyage seule, incite probablement les gens à me rendre service, et j’ai l’habitude que des inconnus acceptent de m’aider avec le sourire, mais à Porto, c’était puissance 10. La plupart des gens que j’ai rencontré ne parlaient ni anglais, ni français, et sans que je ne leur demande quoi que ce soit, ils se précipitaient pour venir m’aider. La majorité n’avait visiblement pas l’habitude d’aider une personne à mobilité réduite (je n’ai d’ailleurs pas croisé une seule personne en fauteuil roulant pendant ces 4 jours), mais voulait simplement bien faire.

Quelques exemples ?

Porto Librairie Lello Irmao Porto Librairie Lello Irmao

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier jour, je souhaitais visiter la Librairie Lello & Irmao, souvent citée comme « l’une des plus belles du monde ». Je suis loin d’avoir vu toutes les librairies du monde, mais je ne peux qu’approuver cette description. D’ailleurs, la librairie connaît un tel succès auprès des touristes que les propriétaires ont récemment décidé de faire payer l’entrée…

Dès l’ouverture (à 10h), je me présente donc au « guichet » qui se trouve en face de la librairie. Pas de tarif réduit pour les PMR, c’est le même prix pour tout le monde (3€). D’habitude, je trouve ça logique de payer le même prix qu’une personne valide quand je visite un endroit parfaitement accessible, mais cette-fois là, je ne pouvais accéder qu’au rez-de-chaussée… Du coup, je râle un peu… Pas de négociation possible, tant pis, je paye les 3€ et me dirige vers l’entrée.
Mais avant de découvrir enfin l’intérieur de la librairie, il me faut franchir une marche de plus de 20 cm ! Heureusement, deux employés se précipitent pour porter mon fauteuil (qui pèse plus de 30 kg !). Ouf, ils sont tout de même plutôt sympas 🙂

Porto Librairie Lello Irmao

Porto Librairie Lello Irmao Porto Librairie Lello Irmao

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dix minutes plus tard, une vendeuse qui constate que je suis seule me demande si je souhaite être prise en photo. Lorsque je lui fais part de ma frustration de ne pas pouvoir accéder à l’étage, elle me propose de prendre quelques clichés avec mon appareil. Bien sûr, j’en suis ravie ! Elle passera finalement plus de 20 minutes à photographier la librairie sous tous les angles, de manière plutôt réussie d’ailleurs…
Avant que je ne parte, elle m’explique que le personnel tient à me faire un petit cadeau pour compenser le manque d’accessibilité des lieux. Elle me tend alors un livre illustré sur la librairie, en français, que j’accepte malgré une certaine gêne… Me voilà abasourdie par tant de gentillesse !

Porto Torre dos Clerigos

Mais mes surprises ne s’arrêtent pas là : une heure plus tard, alors que je visite la Torre dos Clerigos, je suis une nouvelle fois confrontée à quelques problèmes d’accessibilité. Cette fois encore, le prix du ticket (3€) est le même pour les PMR, alors que le sommet de la tour, qui offre une vue panoramique sur la ville, n’est accessible que par des escaliers. Je me contente donc de l’exposition, et de l’accès au 4è étage, où sont installés des écrans qui montrent la vue depuis le sommet. Sauf que les dits écrans, installés depuis une semaine, ne fonctionnent pas…
Et là, devinez quoi ? Les employés ont du lire la déception sur mon visage, car quelques minutes plus tard, ils m’apportent un énorme livre et une boîte de chocolats ! Je suis à court de mots pour les remercier. J’accepte évidemment les chocolats, mais leur explique que le livre est bien trop lourd pour mes bagages… « Pas de problème, voici un plus petit livre ! ».
Waouh. Ces gens sont vraiment incroyables !

Les jours suivants, plus de livres ou de chocolats, mais encore bien d’autres démonstrations de l’amabilité portugaise… Je pense notamment à ces inconnus sur le quai de la gare à Aveiro qui, voyant que le contrôleur ne venait pas installer de rampe d’accès au train, n’ont pas hésité à porter mon fauteuil pour que je puisse embarquer. Mais aussi à ce brésilien expatrié, qui a fait un détour d’une demi-heure pour m’accompagner à mon arrêt de bus. Ou encore, à cette dame rencontrée dans une station de métro, qui ne parlait pas un mot d’anglais, et qui était prête à arriver en retard à son travail pour m’aider à échanger de la monnaie… (Je parle de ces deux rencontres mémorables dans cet article)

MERCI. Merci aux Portugais de m’avoir si bien accueillie, et de m’avoir montré que la gentillesse pure et désintéressée existait encore. Je reviendrai, je vous le promets.

Blandine

6 Commentaires

  1. Merci pour cet article ! Je suis allée moi aussi à Porto il y a 2 ans et j’ai beaucoup apprécié aussi ! Par contre, mon mari a fait de l’exercice intense, car je suis en fauteuil manuel, et les rues sont vraiment très très pentues !…

    • facebook-profile-picture
      Blandine_on_wheels

      C’est vrai qu’à Porto, les rues sont presque toutes en pente très raides ! J’étais en fauteuil électrique (manuel motorisé) donc c’était plus simple pour moi, mais je suis contente de voir que vous avez apprécié votre séjour malgré cet effort sportif 😉 La récompense en valait visiblement la peine ! 🙂

  2. Odette Godfroid

    Nous sommes allés 3 fois au Portugal en camping car, c’est parce que nous sommes maintenant âgés que nous n’y retournons pas sinon !!!!! Nous avons aimé le Portugal, les gens sont gentils accueillants et serviables, nous avons préféré le nord et le centre. Je vous souhaite un bon voyage autour du monde. Vous êtes bien courageuse.

    • facebook-profile-picture
      Blandine_on_wheels

      Bonjour Odette, merci pour ce gentil commentaire !
      Je compte bien retourner au Portugal un jour, je n’en ai vu qu’une minuscule partie et le reste du pays a l’air tout aussi magnifique ! J’espère avoir autant de belles surprises pendant mon voyage autour du monde 🙂

  3. je suis passée par hasard sur votre blog et j’ai trouvé les textes très émouvants!
    bonne fin de soirée et de bons voyages autour du monde qui est si beau à voir
    ça fait mal au coeur toute la destruction que les humains peuvent faire 🙁

    Angie

    • facebook-profile-picture
      Blandine_on_wheels

      Bonjour Angie, et merci pour votre commentaire qui me fait très plaisir ! 🙂
      C’est en voyageant qu’on se rend compte de la beauté du monde, et de ses richesses naturelles et culturelles, qui méritent d’être préservées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *