L’Écosse en camping-car : itinéraire d’une semaine


Dans un précédent article sur mon séjour Erasmus à Édimbourg, j’avais brièvement évoqué mon Road-Trip d’une semaine en terres écossaises. Comme promis, je partage avec vous mon itinéraire et quelques infos pratiques.

Une semaine, c’est bien peu pour découvrir ce superbe pays, mais suffisant pour s’offrir un condensé de paysages exceptionnels, à l’écart des foules de touristes. Si vous souhaitez également visiter Glasgow et Édimbourg, qui méritent chacune que l’on s’y attarde, comptez minimum 10 jours de voyage. Et pour explorer le pays plus en profondeur, vers le nord (Ullapool, Durness) ou l’est (Aberdeen), prévoyez 3 semaines ou plus…

L’itinéraire

Jour J, le grand départ !

Nous prenons possession de notre camping-car dans l’après-midi, installons nos affaires puis quittons la Belgique, direction Calais pour y passer notre première nuit.

J1 : Calais – Folkestone – Durham (530 km)

Après une (courte) nuit sur le parking de l’Eurotunnel à Calais, nous montons à bord du train. Tout le monde reste dans son véhicule : la procédure est rapide et bien rodée. Une demi-heure plus tard, nous voici déjà de l’autre côté de la manche !

Une longue journée de route nous attend : plus de 500 km nous séparent de Durham, petite ville du nord de l’Angleterre. Heureusement, les autoroutes britanniques sont rapides et bien entretenues, et nous atteignons notre destination en fin d’après-midi.

Construite dans une étroite vallée, la ville n’est certes pas très accessible en fauteuil roulant, mais elle ne manque pas de charme. Au bord du fleuve Wear, on aperçoit la cathédrale et le château, qui appartient à l’université. La promenade dans le centre historique est agréable, l’ambiance estudiantine et détendue. Il est possible de visiter la cathédrale (fermée lors de notre arrivée) : d’après le site officiel, celle-ci est partiellement accessible aux PMR.

Plus d’infos sur l’Eurotunnel (à partir de 23€/aller par voiture)

Durham Cathedral (site officiel)

 Strawberry Hill Farm Camping & Caravan Park, Durham

Salle de bain adaptée (WC, douche à l’italienne avec chaise de jardin en plastique).

Petit camping perdu au milieu des champs, calme et accueillant.

J2 : Durham – Dunbar – Pitlochry (340 km)

Le lendemain, nous continuons notre route vers le nord et faisons arrêt à Dunbar, petite ville côtière située 50 km après la frontière. Le parking de la piscine locale (Dunbar Leisure Pool), assez grand pour le camping-car, sera l’endroit idéal pour une pause pique-nique avec vue sur la mer turquoise !

Nous contournons ensuite Édimbourg et traversons le Firth of Forth (estuaire du fleuve Forth), pour finalement rejoindre notre destination du soir : Pitlochry. Avant de nous installer au camping, direction l’échelle à poisson du barrage de la rivière Tummel. Cette ingénieuse construction, constituée de 34 bassins, chacun étant 50 cm plus haut que le précédent, permet aux saumons de remonter le cours d’eau durant leur période de migration. Un système de comptabilisation des poissons a été installé, ainsi qu’une vitre pour observer leur ascension. Les saumons étaient malheureusement peu nombreux lors de notre passage, mais l’installation vaut le coup d’oeil.

 Faskally Caravan Park, Pitlochry

Sanitaires adaptés (WC + douche)

Piscine couverte, jacuzzi et sauna ! (Vestiaire accessible)

J3 : Pitlochry – Aviemore – Invergarry (210 km)

Cette troisième journée sera riche en paysages : traversée des Highlands et découverte du célèbre Loch Ness !

Premier arrêt : Aviemore, au coeur du Parc National des Cairngorms. Le plus haut funiculaire du Royaume-Uni (entièrement accessible en fauteuil roulant) nous emmène en 10 minutes à plus de 1000 mètres d’altitude. La station d’arrivée abrite une exposition, un restaurant et une terrasse panoramique. Un sentier conduit au sommet du Cairn Gorm (1245 mètres, non accessible), mais celui-ci ne peut être emprunté que dans le cadre d’une promenade guidée (90 min, 2x/jour en été). Depuis la terrasse, la vue est impressionnante et l’horizon étendu : on se croirait dans les Alpes !

Après un bon chocolat chaud et quelques photos, nous continuons notre route vers Inverness, capitale des Highlands. Nous traversons rapidement la ville et atteignons enfin l’un des lieux les plus connus du pays : le Loch Ness ! Avec une longueur de 39 km et une profondeur pouvant atteindre 272 mètres, c’est le plus grand lac d’Écosse en volume. Nous n’avons malheureusement pas repéré le monstre, il devait être en congé ce jour-là…

Le château d’Urquhart, sur la rive gauche du Loch, est partiellement accessible aux PMR. Il était déjà fermé lorsque nous y sommes arrivés, mais les quelques places de parking situées le long de la route nous ont permis d’avoir un aperçu du site.

Cairngorm Mountain (site officiel)

Urquhart Castle (site officiel)

                                                                             

                                                                             

 Faichemard Farm Campsite, Invergarry

Sanitaires globalement accessibles (douche de plain-pied avec tabouret).

Emplacements dispersés autour d’un étang (chacun avec sa propre table de pique-nique), canards en liberté, et un calme royal !

J4 : Invergarry – Portree – Dunvegan, Skye (170 km)

Ce matin, nous quittons Invergarry (au sud de Fort Augustus) en direction de l’Île de Skye. Pour rejoindre Kyle of Lochalsh, nous empruntons l’une des plus belles routes du voyage : la A87, qui offre de superbes points de vue sur plusieurs lochs.

Avant d’arriver sur l’Île, nous faisons un arrêt au Eilean Donan Castle. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais ce château a servi de décor à de nombreux films (Highlander, James Bond,…) et est l’un des plus photographiés d’Écosse. Le centre d’accueil des visiteurs propose une petite exposition ainsi qu’une visite virtuelle des lieux, qui ne sont malheureusement pas accessibles aux PMR.

Alors que nous traversons le Pont de Skye, qui enjambe le Loch Alsh, la pluie se met à tomber. Notre première heure sur l’Île consistera à deviner où se trouve la route, on ne voit plus à 3 mètres ! Nous atteignons enfin Portree et profitons d’une accalmie pour découvrir le petit port. Le contraste entre les maisons colorées et le ciel gris foncé apporte finalement un certain charme !

Eilean Donan Castle (site officiel en français)

                                                                             

                                                                             

 Kinloch Campsite, Dunvegan

Sanitaires non adaptés lors de notre séjour (sept 2013), mais certains commentaires sur internet indiquent qu’ils ont récemment été rénovés et sont désormais accessibles aux PMR.

Cadre superbe, au bord du Loch Dunvegan, avec vue sur les MacLeod’s Tables (montagnes tabulaires).

J5 : Dunvegan – Glenfinnan – Fort William (170 km)

C’est sous un immense ciel bleu que nous prenons le petit-déjeuner dans notre camping à Dunvegan. Le temps change vraiment rapidement dans ce pays, mais on ne va pas s’en plaindre !

Je peux enfin admirer les paysages de cette île dont on m’avait tant vanté la beauté. Dommage que nous n’y restions pas plus longtemps… Nous devons maintenant rejoindre Armadale, au sud de l’île, pour y prendre le ferry jusqu’à Mallaig. Après un petit arrêt photo du côté de Sligachan, nous arrivons dans le minuscule port une heure avant l’embarquement. Les liaisons sont fréquentes en été (8/jour dans chaque sens) et durent une demi-heure (horaires sur le site officiel).

Une fois de retour sur le « continent », nous suivons la A830 jusqu’à Fort William. En chemin, arrêt obligatoire à Glenfinnan pour voir « LE pont d’Harry Potter » ! Même si vous n’êtes pas fan de la série, l’endroit vaut sincèrement la peine de s’y arrêter.

Petit conseil : le parking du Visitor Centre est payant, mais quelques places gratuites sont disponibles une centaine de mètres plus loin, juste avant de traverser la rivière (en venant de Mallaig). Elles se trouvent au départ d’un sentier qui mène au viaduc, plus ou moins praticable en fauteuil roulant manuel avec accompagnateur (terre et quelques cailloux). En face du pont, le Glenfinnan Monument (érigé en mémoire du prince Charles Edouard Stuart et des jacobites) domine les rives du Loch Shiel (les Potterheads auront reconnu le lac de Poudlard). Le panorama est grandiose…

Nous terminons cette journée par un passage au pied du sommet des îles Britanniques, le Ben Nevis (1344m), avant de nous installer au camping de Glen Nevis.

                                                                             

                                                                             

                                                                             

 Glen Nevis Caravan & Camping Park, Fort William

Sanitaires modernes et adaptés.

Vue sur le Ben Nevis et les montagnes environnantes. Possibilité de commander un English breakfast au restaurant et de le déguster dans son camping-car.

J6 : Fort William – Balloch (140 km)

Au programme de cette journée : des paysages verdoyants et sauvages, on ne s’en lasse pas ! Nous traversons la vallée de Glencoe, qui fut elle aussi immortalisée au cinéma (Skyfall, Harry… oui, encore lui !). Le ciel est couvert, mais les couleurs sont éclatantes.

Nous entrons ensuite dans le Parc National du Loch Lomond et des Trossachs. Le Loch Lomond, l’un des plus grands lacs du pays, est aussi très touristique du fait de sa proximité avec la ville de Glasgow. De nombreuses activités y sont proposées : croisières, promenades, golf, aquarium,… La fatigue du voyage commence à se faire sentir, alors pour nous, ce sera repos au camping !

 Lomond Woods Holiday Park, Balloch

Sanitaires adaptés (WC + douche)

J7 : Balloch – Falkirk – Edimbourg (120 km)

Dernier jour de voyage avant de m’installer pour trois mois à Édimbourg !

Nous traversons rapidement Glasgow (j’aurai l’occasion d’y passer un week-end en octobre) et partons visiter la Roue de Falkirk (Falkirk Wheel), un ascenseur à bateaux rotatif unique au monde. La roue, inaugurée en 2002, permet aux bateaux de passer du Forth and Clyde Canal à l’Union Canal après une rotation de 10 minutes. Le site est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite (parking réservé, visitor centre avec WC et boutique, sentiers, prêt de fauteuils roulants). Plusieurs fois par jour, les visiteurs peuvent embarquer à bord d’un bateau et emprunter l’ascenseur (accès possible en fauteuil roulant ou scooter. Les personnes handicapées payent le prix plein (8,95£) et ont droit à un accompagnateur gratuit. Le « boat trip » dure environ 50 minutes).

Après cette agréable pause ensoleillée, nous reprenons la route jusqu’à notre destination finale : Heriot-Watt University, dans la périphérie d’Édimbourg. L’arrivée sur le campus marque la fin de notre voyage, et le début de mon aventure Erasmus ! Pour plus de détails sur mon expérience d’étudiante en Écosse, je vous invite à lire cet article 

The Falkirk Wheel (site officiel)

                                                                             

Notre maison sur roues :

Notre camping-car (ou motorhome), loué en Belgique, disposait d’une soute assez grande pour y ranger mes deux fauteuils roulants (manuel + électrique) ainsi qu’un siège de douche (l’imprimante, les dictionnaires et les vêtements occupaient les différentes armoires). Il n’était pas spécialement aménagé pour une personne à mobilité réduite, mais avec un peu d’aide j’arrivais à m’installer à l’intérieur. La douche étant plutôt étroite et consommatrice en eau, nous avons préféré utilisé les sanitaires des campings, toujours propres et généralement bien équipés.

Plus d’infos sur notre motorhome ?

Il existe aujourd’hui des camping-cars entièrement accessibles aux personnes en fauteuil roulant (par exemple chez Handynamic).

À savoir : certains campings (facilement repérables par le « Club » dans leur nom) sont réservés aux détenteurs d’une carte de membre. L’adhésion (plus ou moins coûteuse) n’est pas toujours possible sur place.

Heureusement, nous avons toujours trouvé de la place dans d’autres campings à proximité. Il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance : même en « haute saison », les campings sont rarement pleins !

L’Écosse n’attends plus que vous !

Blandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *